Citrons ma demoiselle pierre

Transmuter.

Transformer.

Le pouvoir que l’on donne à l’argent. Celui qui symbolise bien souvent notre peur, notre insécurité, nos attentes, notre désir de reconnaissance, de succès. Et pas celui du bonheur.

Ne pas avoir peur de l’argent, d’en avoir, d’en gagner, mais ne pas lui laisser le pouvoir.

C’est ce que Christian Junod, banquier d’affaires suisse pendant 23 ans, m’invite, nous invite à questionner. Car c’est son enseignement qui inspire aujourd’hui le défi des 100 jours de @liloumace qui me guide au quotidien depuis plus de 2 mois maintenant.

Monsieur Junod forme, transmet, ce qu’il a vécu, observé, appris. Comment se détacher du pouvoir qu’on donne à l’argent.  A ces bouts de papier qui ont été crée par l’homme pour faciliter les échanges, le troc de biens, de compétences.

Comment, alors, ne plus en faire un but, une course effrénée à poursuivre, mais une conséquence d’actions, de travails, de missions, accomplies avec le coeur. Car, ce qui reste, c’est bel est bien l’expérience.

Ce défi m’a encore une fois amené à faire bouger les choses, mon point de vue, mon schéma de pensées.

Ne plus me sentir derrière un mur, comme si ces paroles m’avaient remises en mouvement. Comme si le mur devenait une porte autour de laquelle de peux désormais tourner, à 360 degrés, pour pouvoir finalement trouver la clef, pour entrer…ou sortir. C’est juste une question de point de vue. Mais juste être libre, tout simplement.

Je partage avec vous ces deux entretiens transformateurs.

Je vous embrasse. Fort.

 

 

Share: